Search form

C'est comment, l'école d'été « Aux frontières de la neurophotonique »?

Owen Ferguson, participant à l'école d'été 2021, a partagé son expérience:  

Nous pensons souvent qu'il y aura un moment dans notre éducation scientifique où nous devrons choisir entre la biologie, la chimie ou la physique - et c'est vrai pour de nombreuses carrières scientifiques, mais il y a une exception flagrante dans le domaine de la biophotonique. C'est le genre de programme où vous regardez votre collègue à droite, vous regardez votre collègue à gauche, et vous constatez que vous avez tous les trois des expertises et des projets complètement différents : il y a un biochimiste qui étudie le cerveau du poisson zèbre avec la microscopie Hi-Lo, une physicienne qui construit un microscope à super-résolution alimenté par l'apprentissage automatique, et un biologiste qui cultive des cellules souches humaines pour étudier les mécanismes de la neurodégénération. Malgré les grandes différences de connaissances, ces étudiants suivent tous les mêmes cours et travaillent même dans les mêmes laboratoires. Il existe une passion commune au sein du programme de biophotonique: nous sommes intéressés à utiliser des outils optiques pour répondre à un éventail incroyablement large de questions biologiques. Il y a aussi un problème commun aux étudiants en biophotonique : nous ne savons pas dans quelle direction nous voulons orienter nos projets parce que nous voulons aller dans toutes les directions à la fois.

L'un des aspects les plus difficiles de la poursuite de sujets multidisciplinaires dans le cadre d'études supérieures est le processus qui permet d'affiner un large éventail d'intérêts en un seul projet. Comment savoir quels aspects d'un projet finiront par être nos préférés ? Comment savoir dans quel domaine se spécialiser avant de tester toutes les nouvelles techniques dont nous entendons parler ? Avec autant de façons différentes de s'attaquer à un même problème et une telle diversité d'expérimentateurs travaillant sur de nouvelles méthodes, le domaine de la biophotonique est rapidement devenu un melting-pot de la science ; il serait impossible pour les étudiants d'explorer tous les intérêts par eux-mêmes. C'est là qu'intervient l'école d'été Frontiers in Neurophotonics.
L'école d'été de l'Université Laval est une aventure de deux semaines (oui, une aventure) dont l'objectif principal est d'exposer les étudiants aux travaux effectués à l'avant-garde du domaine de la biophotonique. L'école d'été est divisée en deux semaines distinctes : la première semaine, les étudiants assistent à des conférences et à des démonstrations, et la deuxième semaine, chaque étudiant travaille sur un mini-projet dont les objectifs sont axés sur la collecte de données et l'acquisition d'une expérience pratique dans un nouveau laboratoire sous la supervision d'un tuteur expérimenté.

Chaque matinée de la première semaine de l'école d'été consiste en deux conférences données par des professeurs du domaine de la biophotonique de l'Université Laval et de l'étranger. Les sujets abordés vont des cours de base en optique au développement de nouveaux fluorophores, en passant par l'utilisation de l'apprentissage automatique pour tenter de remplacer les modèles animaux. Après un total de dix exposés au cours de la première semaine, cet aspect du cours parvient encore à maintenir l'intérêt des étudiants car les sujets ne se chevauchent que rarement d'un exposé à l'autre, ce qui permet de tirer parti de l’éventail de la biophotonique. Les sessions de l'après-midi de la première semaine ont tendance à être les préférées des éternels curieux. Les étudiants se déplacent en groupe d'un laboratoire à l'autre et assistent à des démonstrations expérimentales en temps réel. Les expériences durent en général un peu plus d'une heure, mais les questions des étudiants permettent d'atteindre facilement deux heures par démo. Ces démonstrations sont l'occasion idéale de poser toutes les questions qui vous viennent à l'esprit tout en regardant une expérience se dérouler sous vos yeux. Avec deux exposés le matin et deux démonstrations l'après-midi, la première semaine de l'école d'été est assez chargée. Hormis quelques soirées réservées à des conférences pratiques sur des sujets tels que la programmation et l'apprentissage automatique en biophotonique, la plupart des soirées sont libres pour que les étudiants fassent ce qu'ils font le mieux quand ils ont du temps libre.

Après avoir assisté à dix conférences et neuf démonstrations au cours de la première semaine, la deuxième semaine donne aux étudiants l'occasion de se spécialiser dans l'un des sujets. Chaque étudiant choisit un mini-projet basé sur sa démo préférée et travaille dans ce laboratoire avec un tuteur expérimenté pendant trois jours complets - souvent avec un autre étudiant de l'école d'été. L'objectif de la deuxième semaine est de permettre aux étudiants de se familiariser avec une nouvelle technique, de recueillir des données (en supposant que tout fonctionne) et de créer une présentation pour expliquer la technique, la question expérimentale, la méthodologie et les résultats qu'ils ont pu obtenir au cours des trois jours. Cette partie de l'école d'été nous donne l'occasion de voir où se situent nos intérêts et de les explorer plus en détail que ce que nous ne pourrions jamais obtenir avec les cours et les manuels.

L'école d'été de l'Université Laval est une expérience tourbillonnante qui épluche les nombreuses couches de la biophotonique et donne aux étudiants l'occasion de comprendre chaque aspect que le domaine a à offrir. Une introduction à de nombreux sujets importants suivie d'une spécialisation intense et de courte durée dans l'un des sujets nous prépare mieux à la nature multidisciplinaire du domaine et stimule notre passion et notre compréhension de la science plus profondément et plus efficacement que tout autre cours de deux semaines. L'école d'été Frontiers in Neurophotonics est éducative, exigeante et amusante - mais surtout amusante.